Production végétale

Le sorgho, le mil, le maïs et le fonio sont les principales céréales du Burkina avec une production totale qui fluctue bon an mal an de 1 230000 à 2 400 000 tonnes pour des superficies emblavées qui varient de 1 800 000 à 3 100 000 hectares. Malgré une courbe d'évolution de la production en progression de 1,1 % par an au cours des vingt sept dernières années, les effets conjugués de la désertification,de l'épuisement des sols et des contraintes socio-économiques (taux de croissance démographique de 3 % par an, faible technicité et faible pouvoir économique des producteurs, etc. ) ne permettent pas de garantir l'autosuffisance alimentaire du pays. Les besoins annuels estimés à 2 200 000 tonnes ne sont pas toujours couverts et un déficit de 200000 tonnes est constaté tous les deux ans.
Dans ces conditions, il était nécessaire de trouver les voies et moyens d'accroître et de stabiliser la production céréalière. La recherche a été considérée comme l'un des moyens les plus appropriés de préparer l'avenir de cette autosuffisance. Dès 1985, le programme céréales traditionnelles a été discuté et amendé par tous les acteurs et parte- naires du développement agricole ( chercheurs, producteurs, utilisateurs, vulgarisateurs, consommateurs, etc. ). Sa mise en reuvre a été confiée à une équipe pluridisciplinaire de chercheurs ré- partis dans les différentes stations du pays.

Diagnostic et axes spécifiques de recherche
La mission du programme est de créer et de mettre à la disposition des producteurs, des utilisateurs et des consommateurs des céréales performantes répondant à leurs besoins et à leurs attentes. Il s'agit de proposer une grille variétale complète et adaptée aux différentes zones agro-écologiques, aux conditions de culture et d'utilisation de la céréale.

  • Sorgho
    A court et moyen terme, l'accent devrait être mis sur le sorgho blanc à rendement élevé (2 000 à 4000 kg/ha) et stable de bonne qualité organoleptique (aptitude à la confection du tô), qui présen- terait une bonne résistance à la sécheresse, aux agents fongiques et aux différents ravageurs que constituent les insectes des panicules et les foreurs de tiges. Ultérieurement, le sorgho rouge à bière devra faire l'obiet d'une attention oarticulière.
  • Mil
    Des variétés adaptées et photosensibles de 100 à 130 jours, résistantes à la sécheresse, aux maladies (mildiou, ergot) aux insectes etau striga sont de- mandées.
  • Maïs
    La recherche doit proposer des variétés adaptées qui maximisent la production dans les zones à vocation maïsicole confirmée (zones ouest et sud-ouest) et de sécuriser la culture dans les zones et systèmes de production peu favorables. Ces variétés doivent avoir des rendements de 2 à 7t/ha, une bonne résistance à la striure et à l'helminthospo- riose.
  • Fonio
    Il s'agit d'acquérir une meilleure connaissance de la plante et d'augmenter la production de fonio en minimisant l'égrenagel spontané à maturité et en améliorant les pratiques culturales. Il s'agit également de supprimer la pénibilité des opérations post-récolte liée aux caractéristiques de la plante (port rampant, couverture complète du grain par les glumes) et aux technologies actuelles de décorticage et de nettoyage des grains.